Sur l’agenda 30 mars 2016

  • Exposition artistique et pédagogique qui donne des pistes pour élucider le mystère des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima. En suscitant émotions et ressentis elle éveille une réflexion nouvelle sur la contamination radioactive qui d’imperceptible à nos sens nous apparaît alors plus visible, plus palpable...
    L’exposition est organisée autour de sept thèmes : 1/ la catastrophe, 2/ les liquidateurs, 3/ la population, 4/ la nature, 5/ les scientifiques, 6/ les politiques et 7/ les philosophes.
    Chacun de ces thèmes est illustré par de courts extraits du livre de Svetlana Alexievitch "La Supplication".

    Vernissage le 24 mars à 18h en présence des représentants de la Municipalité et de Michèle Rivasi.

    Grenoble, Ancien Musée de Peinture
    place de Verdun

  • Bus (de la FNARS = Fédération Nationale des Associations d’accueil et de Réinsertion Sociale) de sensibilisation, d’information à la veille de la fin de la trêve hivernale.

    La CISEM demande aux Grenoblois-es de venir le 29 et 30 mars pour s’informer, échanger et voir ensemble ce qu’on peut faire pour qu’un Toit pour tous/toutes soit enfin reconnu et effectif...

    Grenoble, Félix Poulat

  • Rencontre-débat avec Nora Cortinas, représentante des Mères de la Place de Mai Ligne Fondatrice et Macarena Gelman, enfant volé a la naissance, dont les parents ont été assassinés par les militaires et qui a aujourd’hui récupéré son identité.

    St Martin d’Hères, Campus universitaire
    Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (IEP),
    Amphi A

  • Projection du documentaire réalisé par Alain de Halleux (Crescendo films, 55 minutes, Belgique, 2011), suivi d’un débat avec Roland Desbordes (Président de la CRIIRAD) : Comment la jeunesse ukrainienne perçoit-elle l’histoire de Tchernobyl ? Un documentaire qui interroge la mémoire de la catastrophe et son avenir. Pour beaucoup de jeunes Ukrainiens, l’histoire du cataclysme nucléaire qui a frappé leur pays se réduit au monde virtuel. C’est derrière un écran d’ordinateur, aux commandes du jeu vidéo S.T.A.L.K.E.R., qu’ils se confrontent aux multiples dangers et dégâts provoqués par l’explosion du réacteur 4, le 26 avril 1986. Et tandis qu’ils combattent des mutants radioactifs entre les murs de leur chambre, certains ignorent parfois que, vingt-cinq ans plus tôt, leur père ou leur grand-père était "liquidateur", présent sur les lieux de l’accident pour tenter de contenir les flammes et pour participer aux travaux de décontamination…

    Grenoble, Cinéma Le Club
    9bis rue du Phalanstère

AgendaTous les événements

mars 2016 :

Rien pour ce mois

février 2016 | avril 2016